samedi 17 mai 2008

Mama Béa


Une toute petite décennie avant l'arrivée de la musique punk et de ses dérivées, la scéne Française existaient déjà avec ses figures tourmentés joyeuses et folles (Higelin, Thiefaine, Bashung, Renaud) . Toutes ses personnalités ont eu leurs années de galère, de concert en MJC en festival. Parmi tous ses artistes, certaines personnalités ont été oubliées.
Des morceaux comme "l'Europe" où "nous n'avons fait que fuir" des Noirs Désirs doivent beaucoup (et peuvent être comparé) à "Le Chaos", qui reflétent la vision cinyque du texte "des droits de l'homme et du citoyen". A défaut d'être Punk, Mama Béa est tout de mêe l'égérie d'un rock alternatif, qui a connu les galéres et les concerts vivants...

Béatrice Tékielski est née à Avignon en 1948 d'un père polonais (violoniste, et très tôt absent...) et d'une mère Italienne (Mafalda, fleuriste...). Imbibée de chanson Française (Brel, Brassens, Barbara, Anne Sylvestre, etc...), elle n'a pas eu d'autre vocation que celle d'artiste. Dés quatorze ans elle écume les concours de chant de sa province puis tourne ensuite, seule ou accompagnée de groupes éphémères, dans la région rhodanienne.

Je n'en sais pas plus de son enfance ni de son éducation, mais à coup sûr, de ce mélange Latino-slave, elle hérite d'une singulière ferveur qui transparaît dans son oeuvre. Sans compter qu'ayant 20 ans en 1968 elle a forcément été touchée par le maelström contestataire et révolutionnaire de ces années là...

C'est dans cette ambiance "tempête de fleurs", finalement bien gentille, qu'elle sort son premier disque en 1971. Intitulé "Je cherche un pays", c'est une galette de chansonnettes très "dans l'air du temps" qui aborde des sujets assez bateaux : un peu d'anti-fric, un peu de pro-nature, un zest de nostalgie, etc... c'est sympa ( et toujours d'actualité ).

Rétrospectivement, l'ensemble manque un peu de relief, mais c'est tout de même pas mal vu que Béatrice à tout juste 20 ans. En effet, elle n'a pas encore fini sa mue, sa voix et ses mots lui restent à découvrir. Elle retourne donc dans ses foyers (?) jusqu'à revenir, cette fois-ci en Mama Béa...

Youpi, elle revient à la fin des années 70. Elle a maintenant pris un peu de coffre (ou de métier, d'assurance ?) et elle ne se prive pas de déballer ses autres atouts de son chapeau (si je puis dire..) : des textes bien balancés, une voix tour à tour aiguë ou rauque et râpeuse, et surtout...
...et surtout ses mots, des mots de fille, des mots de femme, ceux qu'un mec n'aurait certainement pas pu écrire ni chanter. Par le verbe et par la forme, par la foi et l'énergie elle est devenue Mama Béa !

C'est certainement volontairement qu'elle a omis de jouer de son image. Car, petit gabarit de "48kg" derrière une guitare trop grande, elle est également jolie !!! Elle avait donc tout pour devenir "Guitar Heroin"... Si les filles se mettent à chanter ce qu'elles vivent et ce qu'elles veulent, leurs pensées et leur désirs, on va où là ?

Je ne sais pas pourquoi elle se fait appeler Mama, quelle est l'origine de ce surnom revendiqué, mais elle le porte brillamment et avec tous les excès dont est capable une Mama Italienne.... On devine bien, au travers de quelques phrases lâchées en concert, quelques lignes sur une pochette de disque, les conflits provoqués par son caractère, son refus de s'aplatir devant un musicien ou un producteur (forcément, c'est un mec !). Elle devient (malgré elle ?) la star des filles rebelles, adeptes du MLF - d'ailleurs, vous en connaissez beaucoup, vous, des types qui écoutent Mama Béa ? (et c'est pas que son public féminin soit pléthorique non plus...).

Et en plus (surtout) elle est capable de ciseler quelques joyaux d'écriture, de magnifiques textes (La Folle...) portés à bout de voix de plus belle façon... ...de cette voix dont elle joue comme de son meilleurs instrument, à vriller les tympans, à faire résonner les boyaux. Utilisée pas seulement pour l'émotion, mais aussi pour la colère ! Elle fustige son voisin ("the" voisin), la famille, le show-business, etc...

Cette voix, elle s'en sert également pour conter la noirceur et la détresse et c'est un domaine où elle excelle... parce que quand-même, on peut pas dire qu'elle soit une rigolote ! malgré quelques clins d'œil, elle chante surtout la désespérance des situations irrémédiables : folie, couples démolis, familles foirées... brrrr !!!!

Ca se siffle peut-être une chanson de Mama Béa, c'est pas pour autant que c'est guilleret. Elle a inventé le concept de la chanson qui se fredonne la mort dans l'âme... ;-((

Jusqu'au début des années 1980, la Mama va donc rugir sur les scènes (petites) de notre paysage musical... puis, se produire de plus en plus confidentiellement et finalement ne plus passer nulle part !!!

Il est sûr que ce n'est pas la couverture médiatique des radios et télés qui a contribué à sa pérennité. Il est probable aussi que son inflexibilité, voire son incontrôlabilité (ça se dit ?) lui ont porté préjudice. Elle irrite un peu, et les controverses opposent partisans et détracteurs. D'aucuns trouvent qu'elle possède une tessiture exceptionnelle et admirent son style inimitable, d'autres qu'elle a une sacrée descente d'organe et qu'elle pousse des cris d'orfraie !!!

En quelques années, elle sombre dans l'oubli du public, situation aggravée par quelques tourmentes personnelles. Pourtant elle a toujours son public, qui est là et qui attend... Gageons que la lionne va de nouveau rugir et enfin obtenir la récompense qu'elle mérite.


Mama Béa Tékielski - 1994 - Ma compilation

1. La folle (8:54)
2. les glycines (5:03)
3. faire éclater cette ville (4:31) **
4. visages (4:24)
5. les pissenlits (4:09)
6. pourquoi tu cries (5:56)
7. l'enfant (7:48)
8. le chaos (14:14) **
9. le secret (5:36)
10. les autres (3:43)
11. la fenetre (3:31)
12. la maison sur vénus (4:07)
13. 48 kilos (3:33) **
14. elle habite au fond des mers (4:45)
15. l'artiste (6:04)
16. les mots (4:42)
17. poussiéres (15:02)
18. quai de la gloire (4:12)
19. ballade pour un BB robot (9:11)
20. pas peur de vous (3:53)
21. josiane (4:48)
22. soleils (4:15)
23. lobotomie (5:11) **
24. le mec de nazareth (3:16)
25. apres minuit (3:39)

** A écouter en premier pour la découverte de cette artiste.

4 commentaires:

Chris a dit…

Blog sympa! :-)

Matt La Blatte a dit…

Yep, blog plus que sympa !
Mais Mama Bea n'est plus téléchargeable ! S'il te plait, tu pourrais le ré-upper ? Je ne connais que de nom.
Merci !

MacadamA a dit…

j'ai repondu à ta demande matt la blatte, le nouveau lien est online

Anonyme a dit…

Argh, le lien ne marche plus. Pleaaaaaaaaaaaase...